Laurent Chardard

Vice-Champion du Monde de natation handisport

« Donne toi les moyens de faire ce que tu aimes. »
Illustration de l'épisode 13 du Podcast Le Pompon : Laurent Chardard, Vice-Champion du Monde de natation handisport

Le Pompon – Épisode 13

Pour ce nouvel épisode j’ai le plaisir de recevoir Laurent Chardard, Vice-Champion du monde de natation handisport, qualifié pour les Jeux Paralympiques de Tokyo 2021, athlète de haut niveau depuis seulement 2 ans et d’un optimisme à toute épreuve !

J’ai adoré son partage d’expérience et tout son parcours depuis l’attaque d’un requin il y a 4 ans qui lui a couté le bras et la jambe droite lors d’une séance de surf à la Réunion, jusqu’à sa qualification pour les Jeux Paralympiques de Tokyo en 2021. 

Suite à son accident, Laurent nous raconte l’importance des soutiens familiaux et amicaux pour traverser les mois de rééducation, l’apprentissage d’une façon de vivre un peu différente, à adapter. Mais ce sportif dans l’âme trouve dans le sport et son optimisme débordant un moyen de surmonter l’incident pour continuer de vivre normalement. 

Ce que je dis souvent, quand on est handi on peut faire tout ce qu’on veut, il faut juste adapter les choses.  
Ingénieur de formation et curieux, il se renseigne auprès d’autres personnes afin de poser ses questions : Comment réussir à marcher normalement? Comment refaire du vélo?
L’expérience d’autres athlètes handisport lui permettent d’obtenir des réponses, notamment pour créer ses propres prothèses, car celles vendues ne sont pas adaptées à chacun et coutent relativement cher. Alors il créé une prothèse pour caler sa board, pour écrire, bloquer sa feuille… Laurent trouve toujours le moyen, peut être pas du premier essai, voire rarement, de réussir ! 

Alain Curco, spécialiste de l’apnée; Eric Dargent, surfeur attaqué également à la Réunion par un requin et Ismaël Guilliorit, président de l’association de sports de glisse pour personnes handicapées, Vagdespoir, sont 3 inspirations de Laurent qui l’ont fortement guidé dans la voie de la natation handisport et dans la capacité à adapter les choses au handicap.

Alors après avoir terminé ses études à Bordeaux, il commence à chercher du boulot, comme tout le monde, et se retrouve confronté aux questionnements des recruteurs sur ses capacités à faire telle ou telle chose. Une aberration et une absence totale d’ouverture (ajouts personnels 😉). Cette confrontation à la dure réalité des recruteurs lui permet de se dire que, pourquoi pas, il pourrait se lancer dans le sport de haut niveau ! 

On me dit de nager, je nage !
Il commence alors à nager pour pouvoir surfer de nouveau, prendre des vagues, et continuer sa passion coute que coute. Il s’avère qu’il nage bien, et vite, très vite même !
1 an avant les championnats du monde de Londres en Septembre 2019, il consacre tout son temps au sport au sein du club Guyenne Handinages, choix payant puisqu’à sa première finale internationale, il termine 4e de sa catégorie. A sa seconde, il est vice-champion du monde du 50m nage libre et bat le record d’Europe, puis au passage se qualifie pour les Jeux Paralympiques. Rien.que.ça. 
Mon objectif c’est me battre contre moi-même, (…) peu importe mon temps, si j’ai fait mieux, je suis super content ! 
Son optimisme, sa persévérance et sa grande gentillesse l’ont porté au plus haut niveau. Il représente aujourd’hui la France au sein de l’Equipe de France de Natation Handisport au côté d’athlètes comme David Smétanine, Théo Curin, Alex Portal, Ugo Didier… des athlètes de haut niveau qui permettent au handisport d’être plus connu, de changer le regard sur le handicap et surtout d’être des exemples pour beaucoup. Le travail effectué par Michael Jeremiasz et Tony Estanguet sur le handisport et sur le sport avec notamment les Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris en 2024, est également exceptionnel. 
En fait pour moi le handicap, c’est pas une fatalité, je ne me considère pas handicapé.   Tout ce que je faisais avant, je continue à le faire. Je continue en adaptant tout.

On aborde enfin son envie de partager son histoire et sa vision du handicap. Partager aux autres ce qui lui est arrivé pour changer le regard des autres sur le handicap, ces regards furtifs un peu désolés et dérangeants sur ces femmes et ces hommes qui sont “autre chose que des gars en prothèses”. En tout cas si vous le croisé dans la rue, n’hésitez pas à lui taper la discute 😉

Christophe est animé par des passions, de fortes valeurs et une énergie débordante que j’ai adoré découvrir lors de notre échange !

Cet échange avec Laurent est une belle leçon de vie, en tout cas, c’est comme ça que je l’aborde. Croire en ses rêves, se donner les moyens de réussir, se donner les moyens de faire ce que l’on aime : toutes les qualités d’un entreprenant. 

Je ne vous cache pas que j’espère de tout coeur le voir sur la plus haute marche du podium aux Jeux de Tokyo l’année prochaine, car au delà de ses qualités sportives, ce sont aussi ses qualités humaines que j’ai adoré. 

Belle écoute à toutes et à tous ! 😉

À écouter sur

Partager cet épisode

Le Pompon, c’est aussi : 

Épisode 57 – Wiame Benyachou

Épisode 57 – Wiame Benyachou

Au fil du temps, elle assiste à une réunion de sa ville à l’âge de 16 ans, révoltée car la ville ne donnait ni accès à la mobilité, ni à la culture pour les jeunes. Suite à cette réunion, Wiame s’engage dans des mouvements de jeunesse, et c’est comme ça qu’elle découvre qu’elle peut à la fois défendre ses idées et en même temps faire avancer les choses.
Son premier engagement ? Défendre le prix du bus pour les trajets entre la ville et la campagne.

lire plus
Épisode 56 – Thomas Boisserie

Épisode 56 – Thomas Boisserie

Son inspiration pour Les Nouvelles Fermes vient du projet Gotham Green, une ferme hydroponique au-dessus d’un supermarché à Brooklyn. Il s’est penché sur le sujet, a réfléchi à comment le tourner de manière éco-responsable et s’est intéressé à l’aquaponie, un écosystème qui unit le fait de cultiver des végétaux en symbiose avec des poissons.

lire plus
Épisode 55 – Léa Thomassin

Épisode 55 – Léa Thomassin

Le point de départ de son engagement associatif ? C’est grâce à l’un de ses professeurs de terminale, qui avait fait un premier cours sur le développement durable. Léa réalise que c’est un sujet qui fait sens et qu’elle a envie de faire ça : imaginer un modèle d’entreprise compatible avec la planète.

lire plus
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial