Hasnaâ Ferreira

Hasnaâ Chocolats

« Je pense qu’on n’a pas envie de passer à côté de sa vie professionnelle, je pense qu’elle compte tout autant que sa vie personnelle, on ne se dit pas que c’est juste un gagne pain, on se dit que c’est un moyen d’épanouissement. Et c’est ce qui fait qu’on change. »
Illustration de l'épisode 22 du Podcast Le Pompon : Hasnaâ Ferreira - Hasnaâ Chocolats

Le Pompon – Épisode 22

Pour ce nouvel épisode j’ai le plaisir de recevoir Hasnaâ Ferreira, artisan chocolatier situé rue Fondaudège à Bordeaux!
 
J’ai adoré découvrir le parcours d’Hasnaâ et son virage à 360° en 2012 où elle choisit un métier de passion après avoir passer près de 10 ans dans la pub. 

Hasnaâ est originaire de Casablanca où elle a vécu jusqu’en 2009 avant d’arriver en France. Elle passe un BTS en assistanat de direction puis débute une licence en marketing communication, qu’elle ne terminera pas. Elle travaille alors dans la pub et la marketing, intègre une bijouterie, puis travaille en France pour une école. 

C’est en 2012 que le virage commence à prendre forme. Suite à un défi lancé par son mari Vincent, qui travaille avec elle aujourd’hui, elle participe à l’émission MasterChef ! À ce moment là, elle hésite encore entre la cuisine et la chocolaterie, mais ses expériences chez Lenôtre, Michel Portos et Saunion, auront raison de ses envies de salé ! 

Je n’ai pas gagné (MasterChef), mais j’ai gagné énormément de choses.
Elle veut alors travailler à transformer une matière de A à Z, une matière qui soit 100% végétale. C’est son passage chez Thierry Lalet de la maison Saunion à Bordeaux qui valide cette envie. 
Je veux non seulement faire du chocolat mais surtout travailler la fève.

Et c’est le début d’une très belle histoire. Bien sûr, elle a eu des débuts catastrophiques comme elle le dit, seule dans sa boutique à se demander ce qu’elle fait là, au bord de l’épuisement. Mais à force de travail et d’implication, elle parvient à être lauréate du Réseau Entreprendre Nouvelle Aquitaine et est accompagnée pendant 2 ans par l’avocate Suzie Maillot de PWC. Un bon coup de boost pour Hasnaâ. 

Puis en 2015, elle fait sa première apparition au Salon du Chocolat de Paris, Salon durant lequel elle remporte le prix de Jeune Espoir. Elle se retrouve alors entourée des meilleurs chocolatiers du monde, et surtout, elle est dans le même bateau. Elle croise alors les plus grands : Jean Paul Hévin et Patrick Roger notamment. 

Je ne cherche plus à être légitime, je cherche à faire ce que j’aime et m’éclater et me faire plaisir, parce qu’on a qu’une vie. Je ne le fais pas pour faire plaisir à qui que ce soit ni pour prouver à qui que ce soit, quoique ce soit ! 
Suite à ces diverses récompenses qui soulignent ce travail délicat et précis, son bilan prévisionnel est doublé et la production n’arrive pas à suivre sa notoriété ! C’est une bonne nouvelle, même si 2 semaines avant Noël, elle n’a plus rien à vendre ! 

On découvre lors de cet épisode sa belle capacité à entreprendre, à rebondir suite au début des travaux du tram D qui passe devant la boutique. Elle ouvre alors un deuxième lieu en plein centre de Bordeaux, rue de la Vieille Tour.  

Passionnée par son sujet, Hasnaâ est incollable sur le chocolat et tout le processus de fabrication. Elle aime comprendre, et a été à plusieurs reprises à la source de son travail, là où les fèves sont cultivées. Animée par la qualité de ces fèves (elle utilise uniquement des grands crus) ainsi que des conditions de travail et de rémunération de ceux qui récoltent et travaillent la fève, elle s’implique avec coeur pour que la filière soit en bon état. Regardez bien d’où vient votre tablette et si c’est du chocolat équitable avec éventuellement le label artisans du monde !

Attention à ce que vous achetez. On ne peut pas se faire plaisir sur leur dos.
On fait le parallèle entre le vin et le chocolat puisqu’on parle dans les deux cas de grands crus, de cycles de vie et de notes aromatiques assez similaires. Le parallèle entre les deux univers est passionnant ! 
Enfin, elle nous partage tout le procédé du chocolat, du séchage à la torréfaction et des méthodes différentes pour chaque fève.  Le plaisir, le bonheur, le partage : c’est c’est ce qui anime Hasnaâ. Elle nous régale avec ses chocolats grands crus, et se nourrit du bonheur des clients !
Comme elle le dit, il faut s’entourer des bonnes personnes, ne pas changer pour changer de métier, prend ce qu’il y a à prendre car ça la rend heureuse !
Un très bel échange qui, je dois l’avouer, donne envie de déguster quelques chocolats !  Belle écoute à tous 😃

À écouter sur

Partager cet épisode

Le Pompon, c’est aussi : 

Épisode 57 – Wiame Benyachou

Épisode 57 – Wiame Benyachou

Au fil du temps, elle assiste à une réunion de sa ville à l’âge de 16 ans, révoltée car la ville ne donnait ni accès à la mobilité, ni à la culture pour les jeunes. Suite à cette réunion, Wiame s’engage dans des mouvements de jeunesse, et c’est comme ça qu’elle découvre qu’elle peut à la fois défendre ses idées et en même temps faire avancer les choses.
Son premier engagement ? Défendre le prix du bus pour les trajets entre la ville et la campagne.

lire plus
Épisode 56 – Thomas Boisserie

Épisode 56 – Thomas Boisserie

Son inspiration pour Les Nouvelles Fermes vient du projet Gotham Green, une ferme hydroponique au-dessus d’un supermarché à Brooklyn. Il s’est penché sur le sujet, a réfléchi à comment le tourner de manière éco-responsable et s’est intéressé à l’aquaponie, un écosystème qui unit le fait de cultiver des végétaux en symbiose avec des poissons.

lire plus
Épisode 55 – Léa Thomassin

Épisode 55 – Léa Thomassin

Le point de départ de son engagement associatif ? C’est grâce à l’un de ses professeurs de terminale, qui avait fait un premier cours sur le développement durable. Léa réalise que c’est un sujet qui fait sens et qu’elle a envie de faire ça : imaginer un modèle d’entreprise compatible avec la planète.

lire plus
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial