Yann Cloutier

“J’ai récupéré des techniques anciennes, que j’ai su moderniser et rendre sexy en y intégrant des designers.”

Le Pompon – Épisode 27

Pour ce premier épisode de la saison 2 du podcast, j’ai le plaisir de recevoir Yann Cloutier, gérant et fondateur de l’atelier Bulk, une imprimerie contemporaine basée à Eysines.

J’ai adoré échanger avec Yann qui a mis un pied dans le secteur dès ses 17 ans au travers de l’apprentissage. Il était animé par l’envie et le besoin de trouver un emploi pour avoir une forme d’émancipation et arrive finalement un peu par hasard dans l’imprimerie en 1997.

Son aventure pour trouver un boulot en alternance est d’ailleurs assez cocasse. Il fait le listing de 100 imprimeurs bordelais (bien moins nombreux aujourd’hui) et va toquer à chaque porte. C’est dans les 3-4 dernières entreprises rencontrées qu’un patron, bluffé par son envie et son culot, accepte de l’embaucher. Déjà persévérant dans l’âme à 17 ans !
T’as besoin de changement en fait, c’est comme ton premier amour, tu crois toujours que ça va durer jusqu’au bout de la vie puis au bout d’un moment tu te rends compte qu’il y a d’autres choses
Après 4 années d’apprentissage et 1 année en CDI auprès de Nicolas Bruno de Print System, il décide de quitter l’entreprise par besoin de changement.

C’est dans une autre imprimerie qu’il continuera à faire ses armes, chez Labogravure, qui lui donne un peu plus ce côté premium de l’imprimerie.
Je partais le lundi matin j’étais hyper content d’aller au boulot !
Puis il intègre l’école des Beaux Arts de Bordeaux en tant qu’intervenant pendant 6 ans et créé en parallèle les prémices de l’atelier Bulk avec 42 lignes. Un excellent moyen pour lui d’apporter toute la partie créative, design et marketing à l’impression. Car depuis tout petit il a les mains dans les machines, à monter et démonter tous les objets. Pour véritablement se lancer et avoir ce « plus » par rapport aux autres, la combinaison du métier d’artisan et celui du designer est essentielle.
J’ai récupéré des techniques anciennes, que j’ai su moderniser et rendre sexy en y intégrant des designers
A 40 ans, Yann a monté une entreprise qui tourne bien, de 247€ de CA le premier mois à 100 000€ les meilleurs mois, avec des équipes motivées qui aiment venir travailler. L’atelier Bulk a su se placer en tête des imprimeurs de qualité, avec un savoir faire ancien associé à une créativité débordante, accessibles pour des grandes marques comme Dior, Chanel, Drugstore ou Nike et pour tous avec Bulk Classic, qui permet de créer des cartes de visite à un prix très abordable (250€ les 1000, avec des papiers de belle qualité).

Il est également animé par ce soucis du détail, cette précision, essentiels pour un travail sur mesure. Yann met les mains à la patte, a créé son projet au bon moment après l’avoir murement réfléchit et est constamment en recherche de renouveau pour booster sa créativité et celle de ses équipes.

(Je suis fier) d’avoir monté une boite comme moi j’aurais voulu la trouver en tant que salarié
J’ai eu le plaisir de découvrir ses créations et de visiter ses locaux, et je garde en tête la beauté et la qualité du travail effectué par Yann et ses équipes. Une team dévouée à un travail d’excellence, régulièrement en recherche de nouvelles techniques, nouveaux produits pour proposer à ses clients ainsi qu’à des artistes/designers, des produits bien élaborés qui remettent au gout du jour le papier. En voyant cela, j’ai bel espoir que le secteur de l’imprimerie, qu’on pourrait croire en fin de vie, a encore de belles années devant lui !
Belle écoute à toutes et à tous ! 😉

À écouter sur

Partager cet épisode

Le Pompon, c’est aussi : 

Épisode 57 – Wiame Benyachou

Épisode 57 – Wiame Benyachou

Au fil du temps, elle assiste à une réunion de sa ville à l’âge de 16 ans, révoltée car la ville ne donnait ni accès à la mobilité, ni à la culture pour les jeunes. Suite à cette réunion, Wiame s’engage dans des mouvements de jeunesse, et c’est comme ça qu’elle découvre qu’elle peut à la fois défendre ses idées et en même temps faire avancer les choses.
Son premier engagement ? Défendre le prix du bus pour les trajets entre la ville et la campagne.

lire plus
Épisode 56 – Thomas Boisserie

Épisode 56 – Thomas Boisserie

Son inspiration pour Les Nouvelles Fermes vient du projet Gotham Green, une ferme hydroponique au-dessus d’un supermarché à Brooklyn. Il s’est penché sur le sujet, a réfléchi à comment le tourner de manière éco-responsable et s’est intéressé à l’aquaponie, un écosystème qui unit le fait de cultiver des végétaux en symbiose avec des poissons.

lire plus
Épisode 55 – Léa Thomassin

Épisode 55 – Léa Thomassin

Le point de départ de son engagement associatif ? C’est grâce à l’un de ses professeurs de terminale, qui avait fait un premier cours sur le développement durable. Léa réalise que c’est un sujet qui fait sens et qu’elle a envie de faire ça : imaginer un modèle d’entreprise compatible avec la planète.

lire plus
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial