Jean-Pierre Campech

Un businessman humaniste

“J’aime ce métier, c’est un métier authentique, de relations. Ce sont des artisans, avec les pieds dans la terre, bien ancrés.”

Illustration de l'épisode 28 du Podcast Le Pompon : Jean-Pierre Campech, directeur de Bordeaux Mécènes Solidaires.

Le Pompon – Épisode 28

Pour ce nouvel épisode j’ai le plaisir de recevoir Jean Pierre Campech, ancien PDG de Cobatri puis Partedis, spécialiste de la distribution de produits du bâtiment, également président de la fondation Bordeaux Mécènes Solidaires qu’il préside depuis 7 ans, et vice-président de la Chambre de commerce et d’industrie Bordeaux Gironde.

Je pourrai m’arrêter là pour cet article d’épisode. Dans ce simple paragraphe on comprend l’engagement de Jean-Pierre, son dévouement qui va au delà des postes de PDG qu’il a eu et son besoin de s’investir dans des projets. Mais je vais quand même développer 😉
C’est à 25 ans qu’il se lance dans la vie active un peu par hasard, grâce à son club de rugby, (sport qui sera toujours présent dans sa vie), et intègre le milieu du bâtiment. C’est notamment dans la distribution de produits pour le secteur du bâtiment qu’il fait ses armes et qu’il évoluera jusqu’en Janvier de cette année. D’abord commercial, puis gestionnaire d’agence et d’un réseau, Jean-Pierre accède rapidement à des responsabilités plus élevées au sein de Codibois puis dans le groupe VM Matériau. Il rejoint quelques années plus tard le groupe Pinault dans lequel il restera 8 ans.
J’aime ce métier, c’est un métier authentique, de relations. Ce sont des artisans, avec les pieds dans la terre, bien ancrés.
Son cheminement au sein de belles entreprises l’amène à se poser la question d’une indépendance à l’aube de ses 40 ans. Il veut alors naviguer en étant lui même le capitaine du navire. 
 
C’est à ce moment là qu’il est approché par le groupe financier familial Cobatri, un groupe de 200 personnes à l’époque. La famille lui laisse alors gérer l’entreprise comme il le souhaite, sans interférer dans sa gestion de la boite. Une belle preuve de confiance !
Racheté par Accueil Négoce devenu Partedis, Jean Pierre prend alors la tête de ce groupe qui compte aujourd’hui près de 900 salariés et réalisait en 2019 266M d’euros de chiffre d’affaires. Un beau bébé donc. 
C’est des projets quoi, et moi je suis un mec de projets! J’aime les perspectives, j’aime construire, j’aime les projets. Je ne suis pas un coureur de fonds, plutôt un coureur de 100m-200m
Très investi dans son entreprise, il a toujours eu cette envie d’utiliser la force de frappe d’une entreprise pour lui donner un sens, un véritable sens engagé qui va au delà de l’impôt et des emplois créés. Alors il emmène l’entreprise et ses collaborateurs à s’investir dans des associations qui luttent contre les précarités. Et il met en place avec ses équipes une action annuelle sur 3 mois où, sur certains produits, une partie des bénéfices est reversé à des associations. La mise est alors doublée par l’entreprise ou les employés. Un beau moyen d’engager ses salariés dans la vision d’une entreprise solidaire. 
Je crois que oui il faut contribuer : et financièrement et dans l’action
C’est alors Alain Juppé qui souhaite créer un fonds de dotation qui soit financé par du privé pour venir en complément des fonds publics pour aider les associations du Bordeaux et du grand Bordeaux. Bordeaux Mécènes Solidaires voit le jour et Jean Pierre en prend la présidence en 2013. Il met alors son expérience de chef d’entreprise au profit de la fondation, et les résultats sont là puisqu’en 7 ans le budget a été multiplié par 6. Un budget qui permet à la fondation d’avoir un réel impact dans la région et de soutenir de belles associations !

On dénombre aujourd’hui entre 40 et 50 associations accompagnées chaque années, une trentaine de mécènes réguliers avec un accompagnement qui n’est pas que financier !

« Ne pas hésiter », souvent des idées d’entreprendre beaucoup en ont, mais beaucoup ne vont pas au bout parce qu’ils hésitent, parce qu’ils ont la trouille. Entreprendre ça veut dire prendre des risques, s’engager. Lorsqu’on est entrepreneur, on se jette à l’eau et il faut se démerder tout seul. IL y a un vrai risque c’est de se planter de se retrouver à la rue. Ce risque là faut l’oublier ! 
On aborde aussi son poste de vice-président de la CCI et sa présence au conseil d’administration de l’UBB qu’il suit depuis des années à titre personnel et en tant que sponsor avec Partedis. Ses projets sont nombreux et je vous laisse découvrir dans cet épisode là où il est engagé !

Enfin on échange sur sa personne, son principal regret, son tempérament de gros bosseur, ainsi que ses hobbies !

C’est une heure d’enregistrement très dense que j’ai adoré passer avec Jean Pierre. Un profil inspirant qui lie business et humanisme avec beaucoup d’humilité et de passion.
Je vous souhaite à toutes et à tous une très belle écoute ! 😃

À écouter sur

Partager cet épisode

Le Pompon, c’est aussi : 

Épisode 57 – Wiame Benyachou

Épisode 57 – Wiame Benyachou

Au fil du temps, elle assiste à une réunion de sa ville à l’âge de 16 ans, révoltée car la ville ne donnait ni accès à la mobilité, ni à la culture pour les jeunes. Suite à cette réunion, Wiame s’engage dans des mouvements de jeunesse, et c’est comme ça qu’elle découvre qu’elle peut à la fois défendre ses idées et en même temps faire avancer les choses.
Son premier engagement ? Défendre le prix du bus pour les trajets entre la ville et la campagne.

lire plus
Épisode 56 – Thomas Boisserie

Épisode 56 – Thomas Boisserie

Son inspiration pour Les Nouvelles Fermes vient du projet Gotham Green, une ferme hydroponique au-dessus d’un supermarché à Brooklyn. Il s’est penché sur le sujet, a réfléchi à comment le tourner de manière éco-responsable et s’est intéressé à l’aquaponie, un écosystème qui unit le fait de cultiver des végétaux en symbiose avec des poissons.

lire plus
Épisode 55 – Léa Thomassin

Épisode 55 – Léa Thomassin

Le point de départ de son engagement associatif ? C’est grâce à l’un de ses professeurs de terminale, qui avait fait un premier cours sur le développement durable. Léa réalise que c’est un sujet qui fait sens et qu’elle a envie de faire ça : imaginer un modèle d’entreprise compatible avec la planète.

lire plus
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial