David Inquel

Harvey

« Une aventure peut être bonne ou mauvaise ce qui compte c’est le chemin. »

Illustration de l'épisode 46 du Podcast Le Pompon : Mickael Alborghetti, EthicDrinks

Le Pompon – Épisode 66

Pour ce nouvel épisode, j’ai le plaisir de recevoir David Inquel, ancien judoka qui s’est lancé dans l’entreprenariat. Il est aujourd’hui co-fondateur de Harvey, entreprise dans le secteur immobilier installée à Bordeaux et vice-président de la Fédération Française de Judo.

Père de 6 garçons, David Inquel a eu deux grands parcours dans sa vie: un parcours sportif avec le judo de haut niveau pendant 15 ans puis l’entreprenariat depuis près de 20 ans. 

Originaire de Bretagne “breton un jour, breton toujours !”, avec un papa footballeur, c’est à 6 ans qu’il commence le judo. Son aventure commence par les championnats départementaux et régionaux, où il est repéré par la Fédération Française de Judo qui lui propose des stages en sport étude à Rennes suivi d’une vraie inscription en sport étude. Son premier stage à l’âge de 14 ans le traumatise, il ne veut pas y retourner (par peur) mais il est vite convaincu par “Alain”, un client régulier du bar de son père: “si tu n’y va pas t’es un con”. Cela a le mérite d’être clair !

“Ça a beaucoup influencé ma vie”

À Rennes, accompagné de son “papa du judo” Serge Decoster,  il gagne les France Cadet et Junior. Il part à Paris: “c’est le grand saut” et reste 8 ans à l’INSEP où il se retrouve entouré des meilleurs athlètes français dans chaque catégorie sportive. Au bout de 3 ans il gagne le podium au niveau France en première division puis change de club pour partir au Racing Club de France de judoPour lui, sa plus belle médaille est lors des championnats du monde par équipe où il arrive 3ème. À 28 ans, il veut participer aux JO de Sydney (2000) pour terminer sur le graal ultime mais le règlement n’envoie qu’un athlète français dans chaque catégorie et David n’est pas sélectionné. Ce sera le déclic pour mettre fin à sa carrière sportive, et débuter celle dans l’entreprenariat !

 “Tous les éducateurs, coachs de judo t’expliquent que ce qu’il va t’arriver sur un tapis c’est quelque chose de positif, c’est grâce à toi et si c’est quelque chose de négatif, c’est à cause de toi.”

Puis il rencontre un autre judoka, Lionel Desage, qui a monté sa boite dans l’immobilier défiscalisant et il cherchait quelqu’un pour l’aider à se développer :  “je ne te promets rien, par contre je te promets un truc, c’est qu’on ne va pas s’ennuyer.” Ils s’associent et commencent l’aventure le 1er avril 2000.

“J’avais rangé mes sur-vêtements et mes kimonos et j’avais acheté des costumes et des cravates et tout.”

Ils montent “COFF” : une entreprise dans le l’immobilier. Il cède alors ses autres activités pour devenir opérateur en maison de retraite. Cette aventure dure 5 ans. En 2011 il vend tout.

Par la suite, il monte (avec le même groupe qui était au siège social) l’école “YNOV”. On lui propose ensuite un Executive MBA HEC, qu’il accepte. (BIG UP à Sylvie Cazes )

 

“Le fait que toi tu l’aies fait ça peut donner pleins d’idées à tous les gamins qui se disent : est-ce que c’est possible ?”

À la suite de son MBA David repart à l’aventure en montant deux entreprises, SKILBILL: une application pour gérer les associations sportives et HARVEY dirigé par David Inquel ainsi que  Romaric Gaudemer, Miriam Annoni et David Douillet : une boîte de promotion immobilière classique. SKILBILL ne fonctionne pas mais HARVEY fait un carton.

Pourquoi son entreprise s’appelle HARVEY ? Écoutez le podcast 🙂 

Leur mission est de faciliter l’accès au logement des jeunes sportifs et leur insertion. Ils ont deux types de produits: les résidences classiques de standing et les co-living pour jeunes actifs. Il trouve important d’aider comme on a pu le faire pour lui.

“Si tu ne fais pas d’efforts, si c’est trop facile, c’est qu’il n’y a pas trop de plaisir à l’arrivée.”

Dernièrement, il a été élu Vice-Président FFJDA (Fédération française de judo, jujitsu, kendo et disciplines associées) ! Félicitations !

Ses conseils: “Il faut plonger dans la piscine et après se demander comment toucher le bord.” 

“À la fin tout ce dont on se souviendra , c’est tout ce que tu as réussi et non ce que tu as raté.” 

“Si tu tombe pas, tu n’as aucun moyens de réussir.”

 On revoit David à Paris en 2024 !

BIG UP à Teddy Riner / Axel Clerget / Agence Initiale

On vous souhaite à toutes et à tous une très belle écoute ! 

À écouter sur

Partager cet épisode

Le Pompon, c’est aussi : 

Épisode 71 – Samuel Kistohurry

Épisode 71 – Samuel Kistohurry

Samuel KistohurryBoxeur professionnel« Tes nerfs tu ne les fait pas ressentir dans la vie de tous les jours, tu les fait ressentir sur le ring. »Le Pompon - Épisode 71Pour ce nouvel épisode, j’ai le...

lire plus
Épisode 70 – Maryne Cotty-Eslous

Épisode 70 – Maryne Cotty-Eslous

Maryne Cotty-EslousLucine Therapeutics  «  En étant une femme, avoir autant d’ambition ça gênait pas mal. »Le Pompon - Épisode 70Pour ce nouvel épisode, j’ai le plaisir de recevoir Maryne...

lire plus
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial