Sélectionner une page

Hugo Bentz

Serial entrepreneur

« J’aime trop la vie pour être déprimé ! »

Nelly Pelissier-Hermitte

Le Pompon – Épisode 96

Pour ce 96ème épisode, j’ai le plaisir de recevoir Hugo Bentz, serial entrepreneur notamment dans le secteur textile, mentor et investisseur !

Hugo est co-fondateur de plusieurs entreprises dans le secteur du textile et entreprend depuis 10 ans maintenant. Il a eu un mentor bien connu dans la région : Christophe Charle, cofondateur de CDiscount, qui lui a transmis cette volonté d’entreprendre et l’utilité de mettre en place rapidement des process. Dans cet épisode on revient sur son parcours, sa vision de l’entrepreneuriat, la notion de confiance en soi, les moments durs, le kiff de vivre à Bordeaux, de coworker à la Villa Maria et sa passion pour le paddle !

J’ai été piqué à l’entrepreneuriat à ce moment-là

Hugo nait à Paris puis passe son enfance dans la campagne de Champagne-Ardenne, dans un village de 300 habitants. C’est grâce à son premier cours de science éco au lycée qu’il découvre le monde du business et développe cette fibre.

Une idée dès le lycée ? Oui ! Une sandwicherie ! Le projet n’a pas encore vu le jour, mais il garde bien cela dans un coin de sa tête !

Il entre à Kedge en 2008 après deux années de prépa et vit ses études en école de commerce bien investit dans la vie de l’école ! Il a d’ailleurs été ambassadeur RedBull pendant un an sur le campus bordelais.

C’est en intégrant les équipes d’Images Corp qu’il fait la connaissance de Christophe Charle, co-fondateur de CDiscount, première entreprise e-commerce à dépasser le milliard de chiffre d’affaires. Christophe deviendra son mentor et l’accompagnera dans l’intrapreneuriat avec la création de 3 entreprises en 5 ans au sein du groupe. Trois entreprises avec trois verticales différentes autour du textile et de la culture d’entreprise : la culture, la marque et les étudiants. 

Limite il y avait un trou et je continuais à le creuser

En 2015 il se lance dans le grand bain en créant La Piscine, spécialiste de l’impression numérique en flux tendu, impression installée en France avec des collaborateurs à Bordeaux. Cette boite a tenue 4 ans avant de fermer. L’entreprise de 30 salariés, avec 10 machines, et un chiffre d’affaires grandissant, n’était pas rentable au bout de 4 ans. Un gros apprentissage pour Hugo avec la certitude que les erreurs effectuées ne se reproduiront plus ! 

Les gens ne le savent pas mais il y a plein de trucs que je tente et finalement j’arrête

Et il n’a certainement pas tout cité dans l’épisode ! Il a par exemple essayé d’ouvrir un complexe de paddle pour le plaisir. Un projet qui n’a pas encore vu le jour mais Hugo compte bien ouvrir sa propre salle. 

Christophe lui avait appris d’agir et de corriger, de tester rapidement et de rectifier si besoin. Forcément quand on crée beaucoup, on échoue souvent, mais on réussit aussi souvent. C’est toute la logique d’Hugo aujourd’hui. 

Demain tu m’enlèves mes process, mes routines, je suis complètement perdu !

On parle forcément d’organisation. Car ayant à son actif une bonne dizaine de KBIS et une multitude d’activités, Hugo suit à la lettre ses process pour être le plus efficace possible. 

C’est ce qui a fait le succès de Kymono. Co-fondé avec Olivier Ramel et Alice Zagury de The Family, tout a été minutieux et parfait dès le début. Depuis près de 6 ans, Kymono design la culture d’une entreprise. L’entreprise se charge de créer de A à Z tous les éléments pour que les employés aiment leur boite et s’y sentent attachés. 

Une nouvelle aventure où Hugo est co-fondateur. Je lui ai d’ailleurs demandé pourquoi il se lançait toujours avec une autre personne minimum : ” Je pense que l’entrepreneuriat, ça se fait minimum à deux, je ne peux jamais être très bon partout “. Car tous pour ses projets, ils sont au moins deux ! Hugo apporte la vision technique, industrielle du secteur textile et va chercher chez l’autre ce qu’il n’a pas. 

Plus tu lances de canne à pêche, plus t’as de chances de pêcher des poissons

Et des cannes à pêche, des opportunités, Hugo les a multiplié ! Il y a un facteur chance oui, et surtout une curiosité qui apporte cette chance. Car dans la foulée de Kymono, Hugo a continué de créer. 

Il y a eu Kermess, le Kymono des étudiants; Kapsule dans la grande distribution (d’ailleurs leur test and learn avec les enseignes Leclerc est hyper intéressant !) ou encore Araok, un expert en sourcing textile et accessoire. 

La liste de projets et d’entreprises co-créées par Hugo continue. Et c’est ça qui est intéressant chez lui, c’est de toujours continuer à créer, à avancer dans de nouveaux projets qu’il étudie avec attention et flaire la bonne opportunité. 

J’aime trop la vie pour être déprimé !

Et dans cette vie, il y va à fond ! Le dernier projet en date : La Chapelle ! Un startup studio avec 5 associés entrepreneurs avec comme objectif de co-fonder des entreprises. Une équipe aguerris qui va accompagner le projet de manière opérationnelle pendant 1 an environ, jusqu’à ce que le projet commence à bien fonctionner. Une nouvelle aventure qui anime à fond Hugo ! 

Ces réussites il les a vécu au départ comme une revanche et aujourd’hui il en profite, il se fait plaisir. 

Je ressens une certaine fierté d’être à part, d’être différent des autres en étant entrepreneur

Hugo teste, analyse et ajuste si besoin. C’est ce qu’il a fait en allant sur Linkedin et en développant rapidement sa communauté (20 000 abonnés en un an) avec un post par jour pendant 30 jours. La particularité de sa réussite ? Il n’avait rien à vendre, juste des conseils et des retours d’expériences à partager. 

Un entrepreneur devenu plus qu’aguerri puisqu’il est devenu mentor au fil des demandes et de son activité de mentor auprès de livementor. 

Je remets en cause tous les 2-3 mois : qu’est ce que je veux? 

On pourrait croire, en voyant le profil d’Hugo aujourd’hui et sa manière de communiquer que tout est facile. Envie de lancer une boite ? C’est parti ! Envie de devenir mentor ? Go !

Et c’est ça qui est intéressant dans cet épisode. Au delà des réussites dont il nous fait part, c’est aussi le côté obscure de l’entrepreneur qui ressort. Les échecs, les moments durs, les moments de doute, le fait de surmonter sa peur.

Dans cet épisode Hugo nous donne plein de conseils pour commencer son projet, le développer et surtout y croire ! 

Merci à Laure Babin pour l’idée et la mise en relation ! (A découvrir dans l’épisode 94 😉)

Je vous souhaite à toutes et à tous une très belle écoute ! 

À écouter sur

Partager cet épisode

Le Pompon, c’est aussi : 

Épisode 100 – Aurélie Piet

Épisode 100 – Aurélie Piet

Pour ce 100ème épisode j’ai le plaisir de recevoir l’économiste Aurélie Piet !
Comment changer de modèle ? Pourquoi le modèle économique dominant n’est plus tenable ? Comment on fait demain ? Aurélie nous partage ses recherches et les modèles économiques vers lesquels nous pouvons tendre !

lire plus
Épisode 99 – Pierre Eguiazabal

Épisode 99 – Pierre Eguiazabal

Pierre EguiazabalMaison Eguiazabal« On fait un beau métier ! On apporte du bonheur quand même ! »Le Pompon - Épisode 99Pour ce 99ème épisode j’ai le plaisir de recevoir Pierre Eguiazabal ! Pierre...

lire plus
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial