HERE WE GROW #2

Jérémie Ballarin

Tu te dis qu’on n’a pas besoin de se parler, il y a du feeling mais il faut se parler !
Here We Grow - Épisode 2, Jérémie Ballarin

HERE WE GROW – Épisode #2

Pour le deuxième épisode de ce hors série, animé avec Clémence Campech, co-fondatrice de Pertinens, LE partenaire incontournable du Pompon, nous avons le plaisir de recevoir l’homme toujours solidaire et jamais solitaire, Jérémie Ballarin ! Il est l’un des trois co-fondateurs de la Wanted Community et nous délivre, pendant 45 minutes, des tips pour gagner du temps.

Dans cet épisode, nous parlons association. Pas celles de la loi 1901, mais bien de s’associer. Cela peut faire peur, peut faire rêver, et justement avec son expérience, Jérémie nous donne des pistes pour réussir son association dès le début !

Ayant eu le plaisir de le recevoir dans l’épisode 7 du Pompon (juste ici), je vous laisse découvrir ou redécouvrir son parcours d’entreprenant et l’aventure du Wanted. 

Il faut se dire que ça va mal se passer, il faut se dire qu’on va avoir des soucis.

Le feeling était présent puisque les trois amis, Jérémie, Luc et Christian, débutent le projet sans vraiment se poser les questions d’associés, ni de structure.

C’est quand celui-ci prend de l’ampleur, avec la communauté qui grossit, que se posent les questions plus sérieuses. Qu’est ce qu’on fait de ce projet? Où est ce qu’on l’emmène? Est ce qu’on s’y met à plein temps? … Elles sont nombreuses !

“Il faut se dire que ça va mal se passer, il faut se dire qu’on va avoir des soucis.

Cela peut paraître pessimiste, mais que l’on entreprenne seul ou à plusieurs, se dire que les choses peuvent échouer, mal tourner, que l’on va se prendre le chou… ça fait partie du jeu.

Et c’est l’un des conseils, pour ne pas dire le conseil principal de Jérémie : parler.

Parler, échanger, communiquer. Se dire les choses pour être sûr que chacun, on soit sur la même longueur d’onde ! Car on suppose que l’autre a la même idée de nous sur l’entreprise, sur son évolution. 

Mais c’est faux. ça ne peut pas être exactement la même et on ne sait pas forcément où l’autre veut aller.

Il faut prévoir des moments, des temps de communication, parler de ce qui se passe entre nous !

Ces temps de communication sont à prévoir dès le début. Caler une fois par mois, un point pour échanger, un point obligatoire, que l’on ait le temps ou non ! C’est essentiel. 

En parler avec un tiers est aussi un bon moyen de dynamiser et de poser le projet, la vision de chacun.

C’est difficile d’en parler entre associés et d’accepter les ressentis de l’autre ou des autres. Accepter ce que ressent l’autre personne, sans jugement.

Il faut accepter qu’il n’y aura jamais d’équilibre, intégrer que le KO sera toujours là, et l’accueillir, c’est humain.

Là aussi, plus facile à dire qu’à faire ! Mais cet équilibre entre associés n’est jamais idéal, et ça fait partie du jeu.

Si je devais retenir un truc du projet, c’est ce qu’on vit ensemble !

Vivre une aventure, marcher sur un chemin que l’on bâtit seul ou ensemble, c’est ça aussi l’entrepreneuriat. 

S’il y avait trois choses à retenir de notre échange c’est :

  • Prendre de vrais moments pour communiquer entre associés ;
  • Accepter l’absence d’équilibre et le KO ;
  • Se faire accompagner par une tiers personne, comme dans une équipe de sport !  

Je vous invite à écouter ou regarder cet épisode enregistré au Wanted Café. Un très bon moment d’échange avec Jérémie et Clémence où on vous livre des conseils utiles, pratiques, pour vous faire gagner du temps et vous aider à se poser les bonnes questions ! 

À écouter sur

Partager cet épisode

Le Pompon, c’est aussi : 

Épisode 57 – Wiame Benyachou

Épisode 57 – Wiame Benyachou

Au fil du temps, elle assiste à une réunion de sa ville à l’âge de 16 ans, révoltée car la ville ne donnait ni accès à la mobilité, ni à la culture pour les jeunes. Suite à cette réunion, Wiame s’engage dans des mouvements de jeunesse, et c’est comme ça qu’elle découvre qu’elle peut à la fois défendre ses idées et en même temps faire avancer les choses.
Son premier engagement ? Défendre le prix du bus pour les trajets entre la ville et la campagne.

lire plus
Épisode 56 – Thomas Boisserie

Épisode 56 – Thomas Boisserie

Son inspiration pour Les Nouvelles Fermes vient du projet Gotham Green, une ferme hydroponique au-dessus d’un supermarché à Brooklyn. Il s’est penché sur le sujet, a réfléchi à comment le tourner de manière éco-responsable et s’est intéressé à l’aquaponie, un écosystème qui unit le fait de cultiver des végétaux en symbiose avec des poissons.

lire plus
Épisode 55 – Léa Thomassin

Épisode 55 – Léa Thomassin

Le point de départ de son engagement associatif ? C’est grâce à l’un de ses professeurs de terminale, qui avait fait un premier cours sur le développement durable. Léa réalise que c’est un sujet qui fait sens et qu’elle a envie de faire ça : imaginer un modèle d’entreprise compatible avec la planète.

lire plus
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial