Sélectionner une page

Sarah Vuillermoz

Festival Gribouillis

« La BD : ça sert à s’évader, ça sert à être ému.e, à réfléchir. Ça sert à rendre la vie plus poétique, plus sombre parfois. Ça peut être du divertissement comme toute forme d’art. »

Yves Parlier

Le Pompon – Épisode 91

Pour ce 91e épisode j’ai le plaisir de recevoir Sarah Vuillermoz qui a créé le Festival Gribouillis !

Sarah a passé des années à travailler dans des librairies aux rayons Bandes Dessinées et Jeunesse, avec notamment 11 années en tant que libraire chez Mollat, puis une épreuve de vie et un management à l’opposé de l’empathie, l’ont mené à créer son propre Festival en 2021. C’est dans le cadre du prix des Jeunes Associations de la Mairie de Bordeaux que j’ai eu l’opportunité de la rencontrer et lui remettre le prix du Podcast le Pompon ! 

Je me suis tournée vers un rôle, non pas d’artiste, mais de passeuse.

Sarah est originaire des Pyrénées et découvre la Bande Dessinée (BD) vers 10 ans lorsque ses parents l’emmènent au festival BD de Colomiers dans la banlieue de Toulouse. Elle découvre les oeuvres de Franquin avec les Spirou, les Tintin d’Hergé… et c’est le début d’une longue histoire d’amour pour ces dessins et histoires en tout genre ! 

Elle dévore toute son enfance des BD et son premier job d’été dans la librairie de Luchon (Pyrénées) confirme son envie d’évoluer dans ce secteur. 

Après des études d’histoire de l’art à Toulouse, elle intègre l’IUT métiers du livre à Bordeaux. Elle restera dans cette dernière ville jusqu’à aujourd’hui pour assurer ce métier de passeuse : d’abord comme libraire, puis en créant son propre festival. 

C’est un âge d’or de la BD, il y a une émulation, une richesse en BD.

C’est d’abord à la libraire Oscar Hibou, spécialisée dans la BD et la jeunesse que Sarah travaille. Elle intègre ensuite la librairie Mollat en juin 2009 et y restera pendant 11 ans.

La librairie Mollat est la plus importante librairie indépendant de France, avec plus de 120 ans d’existence et une gouvernance familiale. C’est un lieu bien connu des bordelais.e.s ! Elle évolue donc dans ce petit village du livre, au rayon BD au moment de son âge d’or. Effectivement, depuis quelques années, le rythme de parutions ennui BD s’est accéléré et se sont près de 6000 titres par an qui sont publiés ! Une énorme rotation en librairie avec un rythme incessant pour les libraires. 

Je trouve ça très chouette de pouvoir accompagner, mettre en avant, faire découvrir les autres !

Accompagner les lecteurs.trices dans leurs recherches, leurs recherches d’évasion, d’émotion, de réflexion… Sarah le fait avec passion ! Elle fait découvrir des petites maisons d’édition qui testent, osent, publient des auteurs.trices de talent. 

On échange longuement sur le secteur de la BD et notamment du fonctionnement des maisons d’édition. Des grandes maisons d’éditions comme Dargaud, Dupuis, Delcourt, (à croire qu’il faut avoir un D comme initiale !), aux plus petites comme la Maison Cornelius, Futuropolis, Sarah nous explique le lien entre les auteurs.trices et ces maisons pour mieux comprendre tout un système parfois complexe.

Elle cite également de nombreux auteurs pour nous permettre de découvrir la BD : Nicolas Dumontheuil, Hugues Micol, David B.Shigeru Mizuki… 

Ça a été une année de bulle. A la fois une année très dure, et une année importante, et belle, et riche. Ça m’a permis pour la première fois de m’arrêter et de réfléchir.

Après 7 années chez Mollat à organiser des événements autour de la BD, avec une belle confiance de sa direction et une liberté dans le développement de son rayon, on détecte chez Sarah en 2018, peu après ses 32 ans, un cancer du sein. 

Une annonce forcément dure à encaisser qui l’oblige à s’arrêter pendant un an et sortir pour la première fois de l’univers du livre. Elle me raconte l’accompagnement de l’institut Bergonié, le centre régional de lutte contre le cancer en Nouvelle-Aquitaine, et de ses excellentes équipes tout au long de sa maladie. 

Je suis contente que la maladie soit tombée. Elle m’a beaucoup appris. Appris que j’avais fait mon temps en tant que libraire. Là, il fallait que je passe à autre chose. 

Après un an d’arrêt, Sarah reprend un mi-temps thérapeutique à la libraire Mollat, avec ce besoin de retrouver une vie plus normale. Sauf que la reprise ne s’est pas passée comme prévue. Un management à côté de la plaque, incapable de respecter des personnes qui reviennent de maladie. Une double punition après la maladie. 

Alors, un an après avoir repris partiellement à la librairie, Sarah abdique : elle quitte la librairie sans savoir vers quoi se tourner. Heureusement certaines personnes (à la librairie et en dehors) lui tendent la main pour l’aider à se relever, avec notamment Stéphane Beaujan, alors directeur du festival d’Angoulême pour lequel elle devient membre du comité de sélection. 

L’image du gribouillis “à la fois un vilain mot, un mot négatif mais aussi une façon de lui rendre hommage : enfant on démarre par le gribouillis.

C’est en s’entourant, en échangeant avec diverses personnes rencontrées au fil des années que l’idée de son propre festival apparait. Et une boucle se réalise puisqu’elle échange avec Amandine Doche, nouvelle directrice du festival BD de Colomiers (le premier découvert par Sarah quand elle avait 10ans) pour obtenir des conseils. 

Après une note d’intention réalisée pendant un mois, Sarah regroupe autour d’elle des amis, des stagiaires, des professionnels du secteur pour créer le Festival Gribouillis en septembre 2021 à Bordeaux ! 

Un festival de la BD et du livre jeunesse dans tout Bordeaux, c’est le pari réussi de Sarah. La première édition est un succès ! Un événement soutenu par les institutions locales, départementales et régionales qui fait du bien. 

Le plus important c’est de suivre son instinct. J’ai monté tout le projet à l’instinct. Quand on fait vraiment ça, qu’on arrête de se mettre des barrières, les choses s’alignent, assez naturellement. Aller vers les gens avec qui on se sent bien, suivre son instinct.

Cette année la deuxième édition aura lieu du 15 au 18 septembre avec Nicole Claveloux, Nadja, Camille Lavaud = 3 femmes, 3 générations, toutes inspirantes par leur dessins !

Ce festival, pour toute la famille, battra au plus fort au Garage Moderne, et dans toute la ville donc je vous invite à faire un tour sur le site pour tout découvrir ! 

Un épisode plein d’émotion, bourré de conseils en bandes dessinées et surtout un message qu’a voulu transmettre Sarah : celui d’une revanche. Une revanche sur la maladie, sur les personnes toxiques qui ont croisé (mis des bâtons dans les roues) son chemin. Un beau message que j’ai eu le plaisir de capter sur le podcast et que je vous invite de tout coeur à découvrir. 

Une pensée amicale pour les personnes reçues sur le Pompon et citées dans cet épisode ! Hélène Des Ligneris de La Machine à Lire et Thibault Cauvin. 

À écouter sur

Partager cet épisode

Le Pompon, c’est aussi : 

Épisode 94 – Laure Babin

Épisode 94 – Laure Babin

Pour ce 94ème épisode, je reçois Laure Babin, fondatrice de la marque de baskets 100% recyclées Zèta ! Une entrepreneure engagée qui partage son parcours pour montre que c’est possible !

lire plus
Épisode 92 – Pierre Yves Couilleau

Épisode 92 – Pierre Yves Couilleau

Pour ce nouvel épisode j’ai le plaisir de recevoir Pierre Yves Couilleau, procureur général près de la cour d’appel de Bordeaux.

Avec Pierre-Yves on parle de justice et de son évolution qu’il observe depuis 40 ans maintenant, des crimes qui l’ont marqué, de l’importance de la seconde chance dont il a lui-même bénéficié au lycée et de foi en l’humain.
Un épisode avec une personnalité passionnante et un univers palpitant, parfois sombre ou énervant et surtout jusqu’alors jamais abordé sur le Pompon !

lire plus
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial